Björk fustige le "sexisme" de la presse musicale

Björk a publié sur sa page Facebook un billet d’humeur fustigeant le “sexisme” de la presse musicale qui, selon elle, condamne les artistes féminines à parler de leurs “petits copains”. “Les femmes dans le monde de la musique sont autorisées à composer et chanter à propos de leurs petits copains”, constate l’exubérante Islandaise dans un court pamphlet écrit en anglais et publié mercredi soir.

“Mais si elles changent de sujet pour parler d’atomes, de galaxies, de militantisme, d’algorithmes rythmiques ou d’autre chose que de leurs amoureux, elles sont critiquées”, comme si leur “seule langue était l’émotion”, assure-t-elle.

Björk affirme avoir subi les sarcasmes de journalistes spécialisés après avoir mixé lors du festival Day For Night les 17 et 18 décembre à Houston (Texas, sud des Etats-Unis) aux côtés de disc-jockeys et artistes de la scène électronique.

Certains médias l’ont accusée de “se cacher” derrière les platines, “alors qu’on ne fait pas ce reproche à mes collègues masculins. Pour moi, c’est du sexisme”.

Si les femmes “n’ouvrent pas leur coeur et le laissent saigner à propos des hommes et des enfants qui leur sont chers, elles dupent leur public”, regrette encore l’icône de la pop expérimentale.

“Vous avez enfermé Edith Piaf et Maria Callas dans ce rôle” de femmes éplorées après l’abandon ou la perte de l’être aimé. “Faisons de 2017 l’année du changement!!! Le droit à la différence pour toutes les filles!!!”, conclut-elle.

Björk, 51 ans, a annoncé en mars travailler sur un nouvel album après le sombre “Vulnicura” qui marquait la rupture avec son compagnon de longue date, l’artiste new-yorkais Matthew Barney.

Partager l'article

23 décembre 2016 - 08h10