Bientôt des règles plus souples pour les "taupes" de la Sûreté de l'Etat

Des règles plus souples sont en cours d’élaboration afin de préciser jusqu’où peuvent aller les informateurs de la Sûreté de l’Etat, rapportent jeudi les quotidiens flamands De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg. Le recours aux indicateurs deviendra par ailleurs une spécialisation distincte au sein de la Sûreté de l’Etat. Dans la lutte contre le terrorisme, les sources d’informations humaines sont capitales pour la Sûreté de l’Etat. “Mais les inspecteurs qui travaillent dans les services de renseignements doivent consacrer trop de temps à d’autres activités”, estime le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V). “La recherche d’informateurs pouvant fournir des informations de qualité, leur recrutement et le traitement des données est en fait une activité permanente.”

C’est pourquoi le fonctionnement des informateurs doit devenir une spécialisation à part au sein de la Sûreté de l’Etat. Les services de renseignements seront par conséquent réformés et les inspecteurs travaillant exclusivement avec des indicateurs recevront une formation supplémentaire.

Des règles plus souples sont également prévues pour déterminer jusqu’où les informateurs ou les “taupes” peuvent aller. “Il s’agit d’une mise en balance entre la nécessité d’un informateur de rester dans un réseau et la gravité des faits qu’il a commis”, souligne M. Geens. “Il faut ici considérer comment arriver à un équilibre et ensuite, déposer un projet de loi au parlement.”

Partager l'article

05 janvier 2017 - 08h05