Avoir de hautes haies augmente le risque d'être cambriolé

Même si les hautes haies rendent une habitation moins accessible, elles entravent la visibilité de la maison et augmentent le risque d’effractions. Le doctorant Marlijn Peeters (UGent) souligne que les possibilités de surveillance sont plus importantes dans la lutte contre les cambriolages que l’accessibilité. Le doctorant de la faculté de droit de l’université de Gand a analysé 1.551 habitations, 1.147 rues et 151 quartiers à Gand. Il a étudié un échantillon d’habitations qui ont été cambriolées et d’autres qui n’ont pas subi d’effractions en 2010 pour ensuite déterminer l’influence de l’environnement.

« Les facteurs de risque dépendent fortement du niveau étudié: l’habitation, la rue ou le quartier », explique Marlijn Peeters. « Ainsi, la surveillance (de la possibilité au contrôle) est plus importante pour les maisons que pour les rues. L’accessibilité est surtout importante pour la rue et non pour l’habitation. Par exemple, les hautes haies rendent certes la maison moins accessible mais empêchent une visibilité du bâtiment et augmentent ainsi le risque d’être cambriolé. »

En général, les possibilités d’être vu sont déterminantes. « Dans les impasses, où il y a moins de passage, le risque est moindre. Il se peut que ce soit parce que les habitants voient plus facilement qui est présent dans la rue. Dans un immeuble, il n’est pas évident de savoir qui sont nos voisins, la surveillance peut donc se faire plus difficilement. »

Par ailleurs, la propreté de la rue et de la maison ainsi que l’absence de graffiti et de déchets sont une indication d’un meilleur contrôle sur l’environnement. « Une maison entretenue soigneusement signifie qu’il sera moins facile d’y entrer. »

M. Peeters conclut que, lors de l’aménagement des quartiers, il faudrait réfléchir à la structure et la construction des rues afin d’optimaliser les possibilités de surveillance.

Partager l'article

09 juin 2016 - 14h35