facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Au Togo, la tradition ancestrales des perles revient à la mode, au plus grand bonheur des messieurs

Vêtu de tissu pagne, Sonia marche langoureusement au milieu de la foule dans le marché de Bè, un quartier populaire de Lomé, avec de jolis bijoux de perles de couleur rouge soigneusement noués autour de ses hanches. « Je suis très l’aise avec des perles à la hanche. C’est aussi pour +biper+ les hommes », confie cette jeune coiffeuse âgée de 24 ans, dans un petit sourire provocateur. Dans la capitale togolaise, l’ancestrale tradition des perles portées autour de la taille – ou « djonou » (en langue mina du sud) -, répandue dans la région du Golfe de Guinée, revient sur le devant de la scène… pour le plus grand plaisir des messieurs. Ornement de séduction pour les jeunes femmes, le « djonou » était également réputé pour ses vertus spirituelles, garantissant la protection des ancêtres, ou même, dit-on, avait le pouvoir de guérir les douleurs de rein.

Porté dès le plus jeune âge, il aidait à développer la morphologie des jeunes filles et augmenter le volume de leurs hanches, selon la pensée populaire. Mais au fil des années, cette pratique était tombée en désuétude, au profit d’autres accessoires de beauté plus occidentaux, notamment l’éclaircissement de la peau par des produits cosmétiques ou le maquillage. Afi, revendeuse de chaussures, est pourtant catégorique: « Ce qui accroche les hommes ces derniers temps, c’est le +djonou+, surtout quand les couleurs des bijoux de perles sont bien choisies ».

Mais s’il était autrefois réservé à la discrétion et au plaisir des époux, à qui les femmes lançaient des messages érotiques grâce à la couleur ou au positionnement des perles, le djonou « made in XXIe siècle », lui, se voit et s’expose au grand jour. Ce qui n’est pas du goût des plus conservateurs. Afi, 29 ans, balaie les rétrogrades d’un revers de main: « Je porte souvent mes perles quand je suis à moto », raconte la jeune femme, assise devant son étalage au grand marché de Hedzranawoé. « Je fais quatre à cinq tours de petites perles de deux couleurs (jaune, noir) autour de la taille, légèrement relevés sur un pantalon, avec une petite chemise. Beaucoup d’hommes m’apprécient », lâche-t-elle, sûre de son pouvoir et de sa beauté.

– Djonou sur-mesure –
Non loin d’elle, Laetitia, 23 ans, renchérit : « Je ne peux plus sortir sans mettre mes perles autour de la hanche. J’en ai plusieurs sortes et de différentes couleurs. J’utilise souvent celles qui font ressortir ma rondeur quand vais à la piscine ». Plusieurs gammes de bijoux de perles sont vendues dans les grands marchés de la capitale togolaise et les coûts varient en fonction de la qualité. La plupart des revendeuses les plus célèbres de ces bijoux de perles sont installées au marché d’Agbadahonou. « C’est une grande fierté pour moi de voir nos jeunes filles revenir à cette ancienne mode », explique Tanti Abla, l’une d’elles.

« Pour bien séduire, la femme doit concevoir le djonou en fonction de son teint et de sa forme. Les bijoux de perles de taille moyenne et de couleur jaune sont conseillés aux femmes de teint clair. Les femmes de teint noir doivent utiliser des bijoux de couleur blanche ou orange. Les femmes rondes doivent choisir les bijoux de petits grains », conseille la sexagénaire. La beauté a son budget: entre 5.000 et 30.000 FCFA (entre 8 et 46 euros environ) en fonction de la taille, de la qualité et de la quantité de bijoux utilisés. « Des femmes d’une certaine classe déboursent parfois 50.000 FCFA (76 euros), voire 70.000 FCFA (107 euros) pour la confection d’un seul djonou », précise Tanti Abla.

A Lomé, la plupart des hommes interrogés par l’AFP se réjouissent de cette nouvelle tendance. « Je trouve ma fiancée encore plus belle chaque fois qu’elle porte le djonou », avoue Kodjo Badakou, conducteur de taxi-moto. Si elles ne sont plus médicinales, les vraies vertus des perles sont en tout cas restées aphrodisiaques avec les années.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

24 janvier 2017 Hôtel dévasté en Italie: trois nouveaux corps découverts

Trois corps de plus ont été découverts dans les décombres de l’hôtel du centre de l’Italie dévasté la semaine dernière par une avalanche, indiquent mardi sur Twitter les services de secours italiens. Le nombre de victimes confirmées attei lire plus

Belga

24 janvier 2017 Météo – Des nuages avant une percée du soleil l'après-midi

Mardi matin, le ciel sera souvent chargé avec par endroits du brouillard localement givrant et un risque de quelques faibles averses de neige, annonce l’Institut royal météorologique (IRM). Ensuite, le temps deviendra généralement sec avec des éclaircies ci lire plus

Belga

24 janvier 2017 Crise politique en RDC – L'opposant historique Tshisekedi quitte le pays en pleines négociations politiques

L’opposant historique congolais Étienne Tshisekedi a quitté Kinshasa tôt mardi matin pour Bruxelles alors que son parti négocie avec la majorité soutenant le président Joseph Kabila un partage du pouvoir jusqu’à la prochaine présidentielle en R lire plus

Belga

24 janvier 2017 Brussels Airport traîne Charleroi devant la justice européenne

Brussels Airport a introduit le 29 novembre une demande d’intervention en soutien à la Commission européenne devant le tribunal de l’Union européenne, rapporte L’Echo mardi. Les dirigeants de l’aéroport national entendent ainsi s’opposer au recours de la Sowaer qui contes lire plus

Belga

24 janvier 2017 Les mesures protectionnistes de Donald Trump menacent 5.000 emplois en Belgique

Si le nouveau président américain Donald Trump instaure des droits de douane plus élevés comme il l’a promis, de 1.200 à 5.000 emplois belges seraient en péril, écrit De Tijd mardi. Ces mesures protectionnistes pourraient également coûter lire plus

Belga

24 janvier 2017 Stade National – La N-VA demande de ne pas octroyer de permis de bâtir pour le Stade National

La N-VA veut que les autorités flamandes bloquent l’octroi du permis de bâtir pour le Stade National, rapporte De Tijd mardi. Cette décision revient normalement à la commune de Grimbergen, mais la Flandre joue néanmoins un rôle important dans ce dossier. Si l’ lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/