facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

Attentat à Nice – Frappée par les attentats, la France en voie de faire durer l'état d'urgence

Cinq jours après l’attentat de Nice, l’état d’urgence devrait à nouveau être prolongé cette semaine en France, dans un climat politique envenimé, à neuf mois de la prochaine élection présidentielle, par des accusations de l’opposition de laxisme dans la lutte antiterroriste. Quitte à être une nouvelle fois qualifié de « fataliste » par ses détracteurs, le Premier ministre socialiste Manuel Valls a averti que la France devait s’attendre à d' »autres attentats » et d' »autres innocents tués » dans une allocution mardi soir devant les députés. « Nous devons, non pas nous habituer – jamais – mais apprendre à vivre avec cette menace. A vivre avec elle et à la combattre », a-t-il dit.
Comme le réclamait une partie de la droite, la prolongation de l’état d’urgence, présentée comme une « réponse puissante » au terrorisme par M. Valls, devrait être portée à six mois (jusqu’à fin janvier 2017) d’après le texte adopté dans l’après-midi par les députés en commission. Le gouvernement l’avait prévue à l’origine pour une durée de trois mois.
Ce régime qui facilite les perquisitions et les assignations à résidence est en vigueur depuis les attaques djihadistes du 13 novembre à Paris. C’est la première fois depuis la guerre d’Algérie (1954-1962), quand ce régime d’exception avait prévalu pendant près de huit mois, que l’état d’urgence dure si longtemps en France.
« Les terroristes veulent nous diviser, nous séparer, nous monter les uns contre les autres », déclaré mardi le président socialiste François Hollande pendant une visite au Portugal. « Il y a un devoir qui m’anime : que nous soyons unis, rassemblés, capables de réagir comme il convient avec la force nécessaire », a-t-il ajouté.
Le parti Les Républicains de l’ex-président Nicolas Sarkozy est favorable à la prolongation de l’état d’urgence mais a posé ses conditions : au moins six mois de plus et un durcissement des mesures coercitives prévues dans ce cadre.
Manuel Valls a rejeté mardi avec force toute idée d’instaurer une « législation d’exception », plaidant pour que la France reste un Etat de droit.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

24 mars 2017 Nicolas Lombaerts signe pour trois saisons au KV Ostende

Nicolas Lombaerts s’est lié pour trois saisons au KV Ostende. Agé de 32 ans le défenseur central international gaucher a été officiellement présenté vendredi à Durbuy, où sa future équipe prépare le play-off 1. Il en a prof lire plus

Belga

24 mars 2017 Le conducteur du véhicule suspect intercepté à Anvers placé sous mandat d'arrêt

Mohamed R. (39 ans), le ressortissant français qui a roulé à vive allure aux alentours du Meir à Anvers puis pris la fuite lorsque les militaires ont tenté de l’intercepter jeudi matin, a été placé sous mandat d’arrêt et inculpé du lire plus

Belga

24 mars 2017 Un week-end ensoleillé avec un vent parfois piquant

Le temps sera sec et ensoleillé vendredi et le week-end devrait également connaître un ciel clément. Le vent pourra toutefois procurer une légère sensation de refroidissement. Vendredi après-midi, le temps deviendra graduellement ensoleillé. Les lire plus

Belga

24 mars 2017 Eurovision: la Russie refuse une participation via satellite

La chaîne de télévision russe Pervyi Kanal a refusé jeudi l’offre de l’Eurovision de faire participer sa candidate via satellite au concours de chanson 2017, après que l’Ukraine, organisatrice, lui eut interdit l’entrée sur son territoire. « Nous trouvons lire plus

Belga

24 mars 2017 Le redémarrage de Tihange 1 reporté au 31 mai

Le redémarrage du réacteur nucléaire Tihange 1 a été reporté au 31 mai, indique Engie Electrabel vendredi dans un communiqué. L’engin est à l’arrêt depuis septembre et devait reprendre fin mars, mais l’Agence fédérale de con lire plus

Belga

24 mars 2017 Grogne chez KBC

Le bancassureur KBC compte ne pas prolonger une convention collective de travail (CCT) temporaire qui comprend une hausse du montant des chèques-repas de 7 à 8 euros. Les syndicats parlent « d’une gifle au visage du personnel ». La valeur des chèques-repas du personnel de KBC va b lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/