Attaque à l'acide chez Delhaize – "Il y a au moins un doute sur l'intention de tuer de Jelle Frenken", selon la défense

La défense de Jelle Frenken, l’homme qui avait jeté de l’acide le 20 février 2015 sur Marina Tijssen, une femme de ménage de la chaîne de grands magasins Delhaize après avoir fait chanter pendant des mois l’employeur de sa victime, a plaidé lundi matin la thèse d' »au minimum », le doute quant à l’intention de tuer de son client. Devant la 13e chambre de la cour d’appel de Bruxelles, Frenken lui-même a exprimé ses regrets en fin d’audience. M. Frenken avait été condamné en octobre dernier, en première instance, par le tribunal correctionnel de Bruxelles à une peine de 18 ans de prison et une mise à disposition du tribunal d’application des peines durant 10 ans.
Selon le tribunal, Jelle Frenken s’est rendu coupable de chantage, tentative d’extorsion et tentative d’assassinat.
Ce dernier motif a été contesté, lundi par Me Nathalie Buisseret, avocate de la défense.
« Mon raisonnement est d’ordre juridique. Il en est à tout le moins ainsi qu’il a pu en être autrement. Il y aura toujours un doute à ce sujet. Sur base de sa personnalité et de sa façon de penser – que nous ne pouvons pas toujours suivre -, nous devons constater qu’il n’avait pas l’intention de tuer », a affirmé l’avocate.
Pour appuyer son raisonnement, Nathalie Buisseret a fait référence à la recherche des conséquences possibles d’une attaque à l’acide, effectuée par son client sur internet. « Je vais plaider quelques chose de terrible. Mais si vous faites une recherche sur ‘acid attack’ sur internet, vous ne trouvez pas des femmes décédées, mais mutilées. Les conséquences de son acte ont été bien plus graves que ce qu’il avait lui-même imaginé », a poursuivi Me Buisseret.
Le mari de Marina Tijssen a réagi à l’issue de l’audience en faisant observer qu’il arrivait à la conclusion contraire s’il procédait à ce type de recherche.
Jelle Frenken lui-même a fait part de ses regrets. « Je me sens coupable. J’ai provoqué un cauchemar pour ces gens (NDLR: la victime et sa famille). Je le regrette », a-t-il dit.
Le jugement sera rendu le 22 mai.

Partager l'article

03 avril 2017 - 14h40