Attaque dans un train en Allemagne – Pas de contact établi entre l'EI et l'attaquant à la hache

Les autorités allemandes ont affirmé mardi n’avoir à ce stade « aucun indice » montrant que le jeune Afghan auteur d’une attaque à la hache dans un train était connecté avec l’organisation Etat islamique (EI), bien que cette dernière ait revendiqué l’attentat. « En l’état actuel de l’enquête, aucun indice sur les lieux n’a été trouvé qui établirait une connexion entre ce jeune homme et des réseaux islamistes », a souligné le ministre de l’Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann, lors d’une conférence de presse à Munich (sud).
L’EI a revendiqué cette attaque à la hache et au couteau perpétrée la veille par un demandeur d’asile de 17 ans dans un train, une première en Allemagne. L’organisation a affirmé que le jeune homme, chez qui un drapeau du groupe EI fabriqué artisanalement a été retrouvé, était un de ses « combattants », selon l’agence Amaq liée à l’EI. Il a été tué par la police après avoir pris la fuite.
La police a aussi découvert dans la chambre de l’agresseur « un texte écrit en pachtoune, qui comporte à la fois des écritures en arabe et en latin, indiquant aussi qu’il s’agit de quelqu’un qui s’est radicalisé tout seul récemment », selon le ministre allemand. « Le texte évoque la vie des musulmans, dit que les musulmans doivent se défendre et s’affirmer », a poursuivi M. Herrmann. Il pourrait également y avoir un message d’adieux à son père dans ce texte.
Les premiers témoins interrogés ont fait état de leur incrédulité, jugeant cet acte « complètement incompréhensible » et évoquant « un homme calme, équilibré », « un musulman pas très pratiquant », selon les mots du ministre, « qui se rendait à la mosquée pour les fêtes religieuses ». Mais aucun des témoins interrogés jusqu’ici ne le considérait comme « radical ou fanatique ».

Partager l'article

19 juillet 2016 - 14h05