Attaque chimique en Syrie – La Russie, avertie de la frappe, a manqué à ses responsabilités, accuse Washington

La Russie a manqué à ses responsabilités en Syrie, a accusé jeudi le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, mais elle a été avertie à l’avance de la frappe américaine sur une base syrienne pour éviter que ses militaires sur place ne soient touchés. « Les Russes ont été prévenus à l’avance » de la frappe d’une soixantaine de missiles sur la base aérienne syrienne, via la ligne de communication spéciale établie entre militaires américains et russes pour éviter les incidents en Syrie, a précisé le porte-parole du Pentagone Jeff Davis. La frappe américaine lancée dans la nuit de jeudi à vendredi (heure locale) sur une base proche de Homs a provoqué des « pertes », selon une source militaire syrienne, qui ne précise pas si elles sont humaines ou matérielles. « L’une de nos bases aériennes dans le centre du pays a été visée à l’aube par un missile tiré par les Etats-Unis, provoquant des pertes », a signalé la source citée par la télévision d’Etat, qui avait auparavant qualifié l’attaque d' »agression ».
« Agression américaine visant des cibles militaires syriennes avec plusieurs missiles », avait alerté la chaîne, tandis que l’agence officielle Sana précisait que « cete agression américaine vient après la campagne médiatique de dénigrement menée par des pays (…) après ce qui s’est passé à Khan Cheikhoun ». L’attaque chimique présumée survenue mardi sur cette ville rebelle, qui a fait au moins 86 morts selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, a été imputée au régime de Bachar al-Assad, notamment par Washington, Paris et Londres.
Le président américain Donald Trump, qui accueillait jeudi son homologue chinois Xi Jinping à sa résidence de Floride, a quant à lui appelé toutes les « nations civilisées » à œuvrer pour faire cesser le bain de sang en Syrie. La Chine est justement un des soutiens habituels de Bachar al-Assad.
Au cours d’une brève allocution télévisée, M. Trump a accusé « le dictateur syrien Bachar al-Assad (d’avoir) lancé une horrible attaque avec des armes chimiques contre des civils innocents (…) en utilisant un agent neurotoxique mortel ». M. Trump a affirmé qu' »il est dans l’intérêt vital de la sécurité nationale des Etats-Unis de prévenir et d’empêcher la prolifération et l’usage d’armes chimiques », soulignant « que des années de tentatives de faire changer Assad ont échoué, et échoué dramatiquement ».
Il a souligné jeudi soir que la frappe punitive avait été lancée contre la base aérienne d’où est partie l’attaque sur Khan Cheikhoun. « Nous espérons que tant que les Etats-Unis seront synonymes de justice, la paix et l’harmonie prévaudront », a ajouté le président.

Partager l'article

07 avril 2017 - 05h35