Attaque à la machette à Charleroi – Deux suspects libérés par la chambre des mises en accusation

La chambre des mises en accusation de Mons a ordonné mardi la libération de deux des quatre suspects soupçonnés d’avoir fourni une aide à l’auteur de l’attaque à la machette perpétrée en août dernier à l’hôtel de police de Charleroi, indique mercredi le parquet fédéral dans un communiqué. Le couple de Farciennes, chez qui Khaled Babouri aurait obtenu son arme, reste en détention pour un mois. Le 6 août dernier, Khaled Babouri, un Algérien de 32 ans en séjour illégal sur le territoire, blessait grièvement deux policières de Charleroi à l’aide d’une machette, au pied de l’hôtel de police. Il avait ensuite été abattu par une troisième inspectrice.
Fin novembre, le juge d’instruction spécialisé en matière de terrorisme a ordonné une série de perquisitions dans la région de Charleroi. Celles-ci ont donné lieu au placement sous mandat d’arrêt de quatre personnes pour participation à une organisation terroriste et à une tentative d’assassinat dans un contexte terroriste. Abdellatif E.A. et Farid L. étaient notamment soupçonnés d’avoir participé à la radicalisation de Khaled Babouri alors que l’arme (un couteau sacrificiel) aurait été obtenue au domicile de Rezki A. et Sabrina Z., un couple de Farciennes.
Ce mardi, les quatre inculpés ont comparu devant la chambre des mises en accusation de Mons. Selon le parquet fédéral, Farid L. et Abdellatif E.A. ont été libérés sans condition. Le mandat d’arrêt de Rezki A. et Sabrina Z. a par contre été prolongé pour un mois.

Partager l'article

21 décembre 2016 - 11h35