Arte lance un festival de cinéma européen gratuit en ligne

La chaîne franco-allemande Arte va lancer du 30 septembre au 9 octobre la première édition d’un festival de cinéma européen gratuit en ligne, Arte Kino Festival, qui proposera 50.000 places pour voir dix films européens dans toute l’Europe, a-t-elle annoncé lundi. Le long métrage français « Fatima » de Philippe Faucon, César 2016 du meilleur film, le franco-espagnol « La mort de Louis XIV » d’Albert Serra avec Jean-Pierre Léaud ou le documentaire « Safari » de l’Autrichien Ulrich Seidl, montré hors compétition à Venise, font partie des dix oeuvres sélectionnées pour ce nouveau festival.

Le film d’animation « La Jeune fille sans mains » du Français Sébastien Laudenbach, remarqué dans les festivals de Cannes et Annecy, « I Tempi felici verranno presto » de l’Italien Alessandro Comodin, présenté à Cannes à la Semaine de la critique, ou « John From » du Portugais Joao Nicolau seront aussi proposés.

Les films sélectionnés, dont sept ne sont pas encore sortis en France, seront proposés aux internautes de 44 pays européens, du Royaume-Uni à l’Allemagne en passant par la France, la Suisse, la Belgique, les pays scandinaves et du sud de l’Europe.

Les 50.000 spectateurs (5.000 par films), qui pourront visionner les oeuvres en quatre versions sous-titrées (français, allemand, anglais, espagnol) sur le site dédié artekinofestival.com, peuvent réserver leur place dès ce lundi.

A l’issue du visionnage, ils seront invités à voter pour le Prix Nespresso du public, d’un montant de 50.000 euros, qui seront répartis entre le réalisateur et le vendeur international du film.

« C’est un festival sur lequel on travaille depuis près d’un an et demi. (…) Est née rapidement l’idée d’un festival 100% numérique, 100% européen, 100% gratuit, qui permette de soutenir ou d’accorder une deuxième chance à certains films européens d’auteur », a expliqué à l’AFP Olivier Père, directeur du cinéma sur Arte, soulignant que « sur certains territoires, ces films sont malheureusement peu ou difficilement visibles ».

« L’idée, c’était plutôt de puiser parmi les plus belles découvertes ou les films les plus remarquables montrés et appréciés dans les grands festivals internationaux, et de leur permettre d’être vus par le plus grand nombre », a-t-il ajouté. « Cela forme un ensemble cohérent du cinéma d’auteur européen dans ce qu’il a de plus audacieux, de plus original ».

Partager l'article

14 septembre 2016 - 13h40