Armes chimiques: Reynders appelle les quatre derniers Etats à adhérer à la convention

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a appelé samedi la Corée du Nord, le Soudan du Sud, l’Egypte et Israël à adhérer à la Convention pour l’interdiction des armes chimiques à l’occasion des vingt ans de son entrée en vigueur. Pas moins de 192 pays ont déjà adhéré au traité entré en vigueur le 29 avril 1997.
« Vingt ans plus tard, elle reste la seule convention qui rend illicite une catégorie entière d’armes de destruction massive tout en faisant vérifier cette interdiction par l’entremise d’un régime de vérification », souligne M. Reynders dans un communiqué. Il vante les résultats de ce texte, qui a permis la destruction de 95% des armes chimiques déclarées dans le monde.
Le chef de la diplomatie belge condamne aussi à cette occasion l’utilisation de ce type d’armes dans les récents conflits en Syrie et en Irak. Le 4 avril, une attaque chimique a ainsi tué au moins 86 civils, dont de nombreux enfants, à Khan Cheikhoun, au nord de Hama (Syrie). « Il est inacceptable que le gouvernement syrien, qui a adhéré à la convention en 2013, aie depuis lors – comme démontré par l’enquête des Nations Unies et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques- utilisé des armes chimiques contre son propre peuple », dénonce Didier Reynders. « Les responsables de ces crimes barbares doivent être traduits en justice », conclut-il.

Partager l'article

29 avril 2017 - 16h10