Après David Bowie, le V&A de Londres exposera Pink Floyd en 2017

Après l’immense succès de l’exposition David Bowie en 2013, le Victoria and Albert Museum de Londres espère rééditer le coup avec Pink Floyd à l’occasion d’une rétrospective exhaustive l’année prochaine. Un cochon gonflable rose, clin d’oeil à la pochette de l’album « Animals » sorti en 1977, flottait mercredi au-dessus du musée londonien pour présenter l’exposition « Pink Floyd, Their Mortal Remains », prévue du 13 mai au 1er octobre 2017. Cinquante ans après la sortie du premier single du légendaire groupe de rock britannique, le V&A promet « un voyage immersif, multi-sensoriel et théâtral dans l’univers des Pink Floyd » à travers plus de 350 objets exposés, un show laser et des extraits de concerts inédits.

Le groupe, formé en 1965 par quatre étudiants de Cambridge, a vendu plus de 200 millions d’albums dans le monde, dont « The Wall », sorti en 1979, qui est souvent classé parmi les meilleurs de tous les temps. Le V&A espère que l’exposition Pink Floyd connaîtra le même succès que « David Bowie Is », qui avait été vue par plus de 300.000 visiteurs à Londres avant d’être présentée dans d’autres villes au monde.

Partager l'article

01 septembre 2016 - 07h20