facebook gplus home menu play rss search tlbxl_b tv twitter youtube

A 70 ans, le bikini joue toujours la bombe… anatomique

En juillet 1946, un Français fait scandale avec un maillot de bain jugé impudique: 70 ans plus tard, une exposition à Lyon (centre-est) retrace l’histoire du bikini au travers de pièces mythiques, du premier en lamé or à celui d’Ursula Andress dans « James Bond ». « En bikini, elle fait l’effet d’une bombe », proclamait la première publicité pour « le plus petit maillot de bain du monde ». Et la bombe était atomique: son créateur Louis Réard s’était inspiré pour le baptiser du nom d’un atoll des îles Marshall, théâtre des essais nucléaires américains. Si le maillot deux pièces existe depuis longtemps déjà, c’est la culotte taille haute, montant sur le ventre qui est encore préférée par les dames dans l’immédiat après-guerre. Mais là, scandale, le bikini dévoile le nombril.

C’est une danseuse de charme du Casino de Paris, Micheline Bernardini, qui portera le premier bikini de l’histoire, le 5 juillet 1946, pour l’élection de la plus jolie baigneuse, à la piscine Molitor, haut lieu du Tout-Paris des années 30. « On lit souvent qu’aucun mannequin n’avait osé le porter. C’est faux », expliquent à l’AFP Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau, qui ont puisé pour l’exposition dans leur collection privée, riche de 5.000 pièces de lingerie et bain. « Réard faisait toujours appel à des vedettes ou des starlettes pour ses défilés ».

Le créateur français n’hésitait pas non plus à travestir la vérité, avec des étiquettes bidons « made in USA » ou « Reard of California »…. « Il avait tout compris du marketing et de la pub ! », s’exclame le scénographe, Thierry Virvaire. Il faudra attendre les années 50 pour que le sulfureux bikini, interdit sur certaines plages notamment en Espagne, Italie ou Belgique, soit adopté par des stars de cinéma.

L’actrice française Brigitte Bardot déclenche ainsi l’hystérie lors du festival de cinéma à Cannes (sud) en 1953, en posant en bikini blanc à fleurs sur la plage. Le public pourra admirer de sublimes photos de « BB », Marilyn Monroe ou Ava Gardner en maillot de bain sexy. « C’est BB ou Marilyn qui ont fait du bikini une pièce emblématique », relève Ghislaine Rayer qui dévoile aussi de rares « costumes de bain » de 1880 ou de somptueux maillots New Look, dans cette exposition gratuite ouverte jusqu’au 24 juillet à Lyon, avant New York en septembre, Miami en décembre et l’ouverture d’un musée du bikini en Allemagne en 2017.

On découvre également à Lyon un bikini Réard en lamé or et une copie du mythique deux-pièces porté par la sculpturale Ursula Andress en 1962 dans « James Bond contre Dr No ». « Le vrai maillot du film a été vendu chez Christies 55.000 euros. Il avait d’ailleurs été fait à la va-vite par un petit tailleur indien », confie la collectionneuse. Un maillot noir et blanc très graphique, oeuvre d’Oleg Cassini, le couturier de Jackie Kennedy, attire l’oeil.

Sont aussi exposés plusieurs maillots vintage, prêtés par les deux collectionneurs pour le film « OSS 117 ». En 1960, le bikini devient même le héros d’un tube mondial, « Itsy bitsy petit bikini », titre américain au succès mondial repris notamment en français par Dalida et Richard Anthony, qui raconte l’histoire d’une jeune fille n’osant pas s’afficher en bikini sur la plage. Mais c’est 1968, année de manifestations de la jeunesse et d’ouvriers contre une société jugée trop conservatrice, qui marque sa véritable démocratisation en France. Adopté par les jeunes, « il symbolise la rupture avec la génération précédente », relève Mme Rayer.

Puis la plupart des femmes plébisciteront le deux-pièces pour bronzer le plus possible. Aujourd’hui, le deux-pièces ne fait plus scandale et près de quinze millions de pièces sont vendues chaque année en France, premier marché d’Europe. L’exposition est organisée par le salon Mode City qui se tient à Lyon, en collaboration avec les deux collectionneurs qui racontent aussi dans « Rétrospective du bikini », livre illustré d’archives inédites, les dessous de son histoire.

Abonnez-vous à nos newsletters

Fil d'actu Toutes les dépêches

21 juillet 2017 CHIO d'Aix-la-Chapelle: la Belgique termine 4e

Les cavaliers belges ont pris jeudi la 4e place de la Coupe des nations de la « Fête mondiale du sport équestre » au CHIO d’Aix-la-Chapelle. Olivier Philippaerts (Ikker), Catherine Van Roosbroeck (Gautcho), Pieter Devos (Dream of India) et Grégory Wathelet (Eldorado) ont accumul lire plus

Belga

21 juillet 2017 Le tour-opérateur Thomas Cook ne fera pas revenir ses clients plus tôt que prévu

Quelque 1.064 vacanciers partis avec Thomas Cook se trouvent actuellement sur l’île grecque de Kos et 405 autres touristes profitent d’un séjour dans la station balnéaire turque de Bodrum, deux destinations touchées par un puissant tremblement de terre dans la nuit de jeud lire plus

Belga

21 juillet 2017 Sept attentats déjoués en France depuis début janvier, selon le ministre de l'Intérieur

Sept attentats ont été déjoués en France depuis début janvier, affirme vendredi le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb dans une interview au journal Ouest France. Deux d’entre eux ont pu l’être grâce à des perquisitions administr lire plus

Belga

21 juillet 2017 Fête nationale – Google se pare également de ses plus beaux atours belges pour le 21 juillet

Les internautes qui surfent en ce vendredi 21 juillet sur google.be ne verront pas que le célèbre logo habituel du géant de l’Internet auquel ils sont habitués. Un doodle spécial a en effet été prévu à l’occasion de la fête nationa lire plus

Belga

21 juillet 2017 Plus de 35.000 euros pour une rare bouteille de rouge australien

Une très rare bouteille du prestigieux vignoble australien Penfolds a été vendue pour 51.750 dollars australiens (35.158 euros), a annoncé une maison d’enchère australienne, ce qui pourrait constituer un record. Il s’agit d’un Penfolds Grange 1951, premier mill lire plus

Belga

21 juillet 2017 Accord du gouvernement américain pour un train reliant New York à Washington en 29 minutes

L’entrepreneur Elon Musk a annoncé jeudi que le projet de train à très grande vitesse qui relierait New York à Washington, séparées de 330 kilomètres, en 29 minutes seulement a reçu l’accord verbal du gouvernement, se disant « optimiste » quant lire plus

Belga

http://www.vivreici.be/
http://www.hlcoiffure.com/
http://www.celini.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.leopeeters.be/
http://www.cocof.be/
http://www.rtbf.be/vivacite/
http://www.stib-mivb.be/