27% des travailleurs transgenres ont quitté leur emploi pour raisons hostiles

Près d’un tiers des employés transgenres (27%) ont quitté leur emploi en raison d’un environnement hostile, indique vendredi le site d’offres d’emploi StepStone dans l’enquête « Expérience des personnes transsexuelles au travail 2017 », menée auprès de 286 employés transgenres belges. Cette enquête a été réalisée dans le cadre de la journée internationale de la visibilité transgenre qui se déroule le 31 mars. « A l’heure actuelle, les employés transgenres de Belgique continuent de rencontrer un certain nombre de problèmes. L’enquête révèle en effet qu’ils sont plus d’un quart à avoir déjà démissionné en raison d’un cadre de travail dans lequel ils ne se sentaient pas les bienvenus. Les répondants sont 62% à s’être déjà sentis discriminés sur leur lieu de travail en raison de leur identité. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la moitié des employés transgenres aient déjà éprouvé le besoin de cacher leur identité et/ou expression de genre à leurs collègues au cours de leur carrière », explique Eefje Van der Meer, membre du conseil d’administration de Transgenderkring Vlaams-Brabant (Association transgenre du Brabant flamand).
En revanche, l’enquête de StepStone relève des points positifs chez les travailleurs transgenres. Ainsi, 64% des employés transgenres estiment que leurs performances professionnelles se sont améliorées depuis leur transition, et plus de trois quarts d’entre eux (76%) ont reçu des réactions positives de leurs collègues lors de leur transition.
Par ailleurs, 80% des travailleurs transsexuels francophones et 44% des néerlandophones interrogés estiment que le gouvernement ne déploie pas suffisamment pour les soutenir sur leur lieu de travail.

Partager l'article

31 mars 2017 - 00h50