1er mai – Le PS propose le "bonus social généralisé": minimum 1.100 euros pour tous

Le parti socialiste propose la mise en place d’un « bonus social généralisé », variante de l’allocation universelle, permettant à chacun d’atteindre le seuil de pauvreté, soit un minimum de 1.100 euros par mois. L’idée était au coeur de l’intervention du 1er mai du président Elio Di Rupo qui, lundi au parc communal de Baudour, s’est concentré sur les propositions socialistes en faveur de la revalorisation du pouvoir d’achat. Dans l’intervention du président du PS, celles-ci ont pris le dessus sur la critique du gouvernement fédéral ou du PTB, vu comme un concurrent à gauche. Le bonus social généralisé prendrait la forme d’un complément de salaire octroyé par la sécurité sociale en vue d’accorder à tout travailleur un minimum équivalent au seuil de pauvreté, soit 1.100 euros par mois pour une personne isolée. Ce bonus social serait également élargi à tous les allocataires de plus de 18 ans n’atteignant pas le seuil de pauvreté.
Idée libérale à la base, l’allocation universelle, revenu de base pour l’ensemble de la population, a essaimé, devenant même centrale dans la candidature malheureuse de Benoît Hamon aux élections présidentielle en France. « Contrairement à l’allocation universelle, le bonus social généralisé que je propose bénéficiera à ceux qui en ont réellement besoin: les travailleurs précarisés, et notamment les femmes à temps partiel, les demandeurs d’emploi et celles et ceux qui ne peuvent disposer d’une allocation de chômage ou d’insertion », a indiqué lundi Elio Di Rupo.

Partager l'article

01 mai 2017 - 01h30