1er mai – Face au monde qui change, L. Onkelinx prône l'écosocialisme et la priorité au travail

La présidente de la Fédération bruxelloise du PS Laurette Onkelinx a demandé lundi aux socialistes de s’atteler à cinq chantiers pour rester à la hauteur des enjeux du monde en mutation: l' »écosocialisme » face au réchauffement climatique; la primauté du travail sur le capital financier; l’instauration de la semaine des quatre jours dans un univers digitalisé; une société respectueuse de chacun face au « racisme tendance » et l’Europe comme bouclier face à la mondialisation ultra-libérale. « Les temps changent, les combats ne sont plus les mêmes. Mais l’histoire nous apprend que rien n’est possible sans la force et la solidité d’un parti qui a pour obsession de permettre une vie digne de ce nom pour chaque homme et chaque femme de ce pays et d’ailleurs… C’est pour cela que j’en veux tellement à ceux qui ont souillé l’image du parti par leur intérêt personnel, par une volonté indigne d’amasser de l’argent tant et plus, qui n’a rien à voir avec nous et nous a affaiblis », a dit Mme Onkelinx, devant les militants de la Fédération bruxelloise du PS réunis à la Maison du peuple de Saint-Gilles, à l’occasion de la Fête du travail.
La présidente du PS bruxellois a toutefois dit son optimisme et jugé le PS capable d' »une fois de plus, gagner les combats démocratiques qui s’annoncent » car il le doit aux travailleurs, usagers des services publics, allocataires sociaux, les hommes et les femmes victimes des discriminations et des inégalités qui motivent ses combats quotidiens.
Laurette Onkelinx a notamment mis en exergue les avancées récentes du combat socialiste à Bruxelles où la garantie emploi jeunes a permis de faire reculer le chômage des jeunes de quelque 35% en quatre ans. Devant Margarita Marques, secrétaire d’Etat portugaise aux Affaires européennes, invitée d’honneur du meeting, elle a également vanté le travail des socialistes du gouvernement portugais (baisse du chômage, rétablissement des salaires dans les services publics, diminution du temps de travail, augmentation du salaire minimum et des retraites en respectant les critères budgétaires européens) pour montrer qu’une alternative est possible.

Partager l'article

01 mai 2017 - 13h40