Mayeur : « Je percevais 700 euros net par mois, je comprends que cela fasse débat »

yvan_mayeurAu cœur des récentes révélations sur la gestion controversée du Samusocial à Bruxelles, le bourgmestre de la ville, Yvan Mayeur (PS) se dit « étonné » de la proposition d’une commission d’enquête. « Je n’ai rien à cacher, le Samu doit faire la transparence sur son fonctionnement, pas de problème. Et s’il y a eu des erreurs, des maladresses, il faudra les reconnaître, les assumer », affirme l’ancien membre du bureau du Samusocial dans un entretien accordé au Soir jeudi.

Il déplore « une réponse maladroite » de Pascale Peraïta, administratrice-déléguée démissionnaire du Samusocial, sur l’utilisation de l’argent public qui a « provoqué un amalgame qui a créé une légitime émotion populaire. Qui n’est rationnellement pas fondée. L’ensemble de l’argent est destiné à la cause de terrain et à l’organisation du travail. Tout le monde le sait, les médias le savent… ». M. Mayeur affirme avoir perçu « en net, avec les ponctions en fiscalité, 700 euros par mois ».

« C’est beaucoup, oui, je peux comprendre que ça fait débat. Et en même temps, il y avait, et il y a toujours, une justification liée à la masse de tâches accomplies », argumente-t-il.

Interrogé sur l’éventualité de rembourser les émoluments perçus, M. Mayeur estime ne pas « avoir de difficultés », mais ne veut pas être accusé d’avoir perçu de l’argent indûment et réfléchit donc à « une autre manière de procéder. » L’intéressé indique encore se mettre en réserve de toutes les instances du PS, dont le bureau politique, « pour ne pas embarrasser le parti » et « tant que la clarté et la sérénité ne seront pas pleines et entières ».

(Belga)

Partager l'article

08 juin 2017 - 06h58