Echauffourées : “l’identification des auteurs prend du temps, il y a des droits à respecter”

Le parquet a déjà reçu plus de 300 photos et vidéos suite à l’appel à témoin lancé après les incidents de samedi dernier. Dans quelles conditions les poursuites seront-elles menées?

L’analyse est en cours, pour identifier les responsables. Mais c’est un travail difficile“, explique Jean-Marc MEILLEUR, procureur du roi de Bruxelles. Une personne arrêtée, comparaîtra devant le TC en janvier. .

Ce n’est pas toujours facile, d’identifier des personne et de leur imputer des faits répréhensibles. Il faut être attentif aux conditions dans quelles ces images sont parvenues, quels faits sont reprochés, etc., explique Olivia VENET, avocate pénaliste. Pour pouvoir condamner quelqu’un, “il faut pouvoir lier un fait pénalement répréhensible à une personne particulière“.

Il n’y pas que l’analyse des images, il y a aussi tout un travail d’enquête réalisé indépendamment de ces images, précise encore Jean-Marc MEILLEUR, “Ce travail prend du temps, parce qu’il y a des droits à respecter“.

  • Voir un extrait de l’émission

 

Partager l'article

14 novembre 2017 - 19h30