Le gouvernement à Val Duchesse pour une réunion consacrée à la sécurité

gouv

Le gouvernement fédéral a pris dimanche six mesures pour renforcer la cybersécurité, a détaillé Alexander De Croo au cours d’une conférence de presse à l’issue du conseil des ministres extraordinaire sécurité-justice.

Au-delà des atteintes à la sécurité physique des personnes, les attaques sur internet et l’espionnage informatique constituent aussi des menaces sécuritaires, qui touchent la position concurrentielle de la Belgique et son économie, a souligné M. De Croo (Open Vld), en rappelant notamment la cyber-attaque mondiale de ces vendredi et samedi par un logiciel de rançon. La Belgique est dotée depuis 2014 d’un Centre pour la cybersécurité (CCB), épaulé par une équipe fédérale de cybersécurité, CERT.be. A l’avenir, les services de CERT.be seront équipés d’un centre d’appel ouvert 24h/24. Toute entreprise pourra y faire appel en cas de cyberattaque. Un système permettra d’alerter et d’informer les secteurs dits vitaux (énergie, finance, transport) sur les menaces visant les infrastructures critiques. Le CCB mènera aussi des campagnes d’information et de sensibilisation orientées PME, qui sont les cibles de 45% des cyberattaques, selon M. De Croo. Les services fédéraux disposeront en outre d’un nouvel outil d’analyse des cyber-risques, qui sera étendu dans une seconde phase au secteur privé. Cet outil sera développé avec l’aide du Luxembourg qui en dispose déjà. Un centre opérationnel de sécurité informatique sera mis sur pied au sein de l’administration fédérale, centré sur la protection des infrastructures critiques du gouvernement (détection et gestion des incidents, coordination de la réaction). Enfin, la Belgique transposera avant mai 2018 la directive européenne NIS (Network and Information Security) qui envisage notamment une meilleure coopération internationale et une obligation de signalement lors d’incidents.

Partager l'article

14 mai 2017 - 12h02